Trouble du déficit de l’attention (TDA/H) : que se passe-t-il dans ces cerveaux qui rendent tantôt distrait tantôt survolté ?

Vous avez oublié votre devoir à la maison ? Vous devez relire une même phrase quatre fois avant de la comprendre ? Vous ne tenez plus en place durant le cours (interminable) de géographie ?

Impulsivité, hyperactivité, éparpillement… tout le monde peut présenter un symptôme associé au TDA/H. En revanche, les personnes qui en sont réellement atteintes doivent jongler avec ces contrariétés beaucoup plus fréquemment. C’est tout leur quotidien qui en est affecté.

Le TDA/H est un trouble d’origine biologique. Le quartier général de l’attention et de la régulation des émotions se trouve dans la zone
frontale du cerveau. Il y a deux types de neurotransmetteurs impliqués dans la gestion de l’attention et de l’humeur – la dopamine et la
noradrénaline.

« Chez les gens atteints de TDA/H, les neurotransmetteurs ne communiquent pas bien leur message aux autres neurones. Ils ne travaillent pas en équipe », explique la Dre Mélissa Sue Sayeur, neuropsychologue à la clinique Churchill.

Le TDA/H entraîne ainsi des difficultés à moduler :

✸ Les idées = inattention

✸ Les gestes = hyperactivité et bougeotte

✸ Les comportements = impulsivité

 

Pour en savoir plus sur le TDA/H :

 

curium_quepensestumag25



Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.