Espace publicitaire

Mangez frais et bio toute l’année !

7 novembre 2022 - Alexia Lafrance-Rodrigue et Stéphanie Motard

En collaboration avec l’école secondaire Soulanges, Curium est fier de partager avec vous, une fois par mois, des textes du projet Environnement : un monde de solutions.

Production d’aliments dans une serre agricole
Photo : Sasint (Pixabay)

Problème environnemental

Nous sommes entourés de nombreux problèmes environnementaux qui ont un impact sur la santé des êtres humains (cancers et autres). Vous vous demandez, qui a pu causer tout cela ? C’est votre voisin, votre famille, vous, nous… en fait tout le monde qui habite cette Terre. Il est à noter que tout le monde n’a pas le même niveau de responsabilités face à la pollution de l’atmosphère. En effet, l’utilisation d’automobiles, de camions lourds, de bateaux et d’avions, entre autres pour le transport d’aliments qui se retrouvent dans nos assiettes, libère un gaz appelé dioxyde de carbone (CO2). Ce gaz est très important pour les végétaux. Ceux-ci vont transformer, à l’aide de la photosynthèse, le CO2 en O2 ce qui permet d’oxygéner notre corps par la respiration cellulaire.

Cependant, une trop grande quantité de ce gaz entraîne des effets néfastes. Par exemple, le dioxyde de carbone est l’un des principaux gaz à effet de serre (GES) qui retiennent l’énergie thermique, la chaleur, à la surface de la Terre pour nous maintenir au chaud. Sans le dioxyde de carbone, la température moyenne de la Terre serait d’environ -18 degrés Celsius, ce qui est plus bas que la température actuelle de 15 degrés Celsius. Sans effet de serre, nous ne pourrions pas survivre puisque la température serait trop basse pour que les plantes puissent se développer et produire fruits et légumes pour nous nourrir. Une trop grande quantité de dioxyde de carbone produit une grande quantité de gaz à effet de serre. Ce phénomène déclenche des changements climatiques causant des feux de forêt comme ceux de la Colombie-Britannique en septembre 2021 et autres phénomènes. Cela a de grosses conséquences sur notre environnement et sur les êtres humains.

Production de CO2 par les véhicules
Photo : Geralt (Pixabay)

La solution

Nous avons passé un long moment à réfléchir : qu’est-ce que nous pourrions faire pour réduire la pollution atmosphérique provenant de l’importation et de l’exportation d’aliments ? La meilleure solution que nous avons trouvée, est la création de serres locales fonctionnant toute l’année.

La production alimentaire à l’aide de serres nous offre plusieurs avantages. Le premier avantage est lorsque nous faisons croître des aliments dans des endroits protégés, comme des serres, nous n’utilisons de produits chimiques qu’en très petites quantités pour lutter contre les insectes indésirables, les champignons, les mauvaises herbes et autres. La non-utilisation de pesticides dans l’agriculture fait diminuer la pollution dans les cours d’eau et dans les sols.

De plus, les serres nous offrent un autre avantage : une diminution de dioxyde de carbone dans l’atmosphère provenant du transport des aliments puisque la production s’effectue dans une zone plus rapprochée des consommateurs. Par exemple, le transport effectué par un camion de 12 à 14 tonnes (t) allant du Mexique à Montréal produit environ 390 000g de CO2 par tonne d’aliments, alors qu’un camion allant de Saint-Hyacinthe à Montréal en produit environ 5500g.

De plus, les serres aident à la protection des végétaux. Par exemple, elles les protègent de catastrophes naturelles, comme des gros vents, de la grêle et autres. Des fermes situées dans la région de Montréal produisent des aliments frais toute l’année et offrent des paniers de fruits et légumes pour la population. Les serres, par exemple, représentent une très bonne solution pour avoir des fraises juteuses du Québec 12 mois par année.

Le problème de la solution

Serre en pleine nuit
Photo : Piqsels

Chaque solution a ses défauts. L’un des défauts de la production locale en serres est que lorsque tout le monde est endormi, celles-ci continuent d’être allumées en permanence pour combler le manque de lumière provenant du soleil, surtout en hiver. De plus, des citoyens ont porté plainte contre leur municipalité à cause de la pollution lumineuse durant la nuit, par exemple à Saint-Félicien. En effet, la lumière des serres empêche les gens de voir les étoiles dans le ciel, mais, surtout, cela nuit à la production d’une hormone très importante qui nous aide à mieux dormir : la mélatonine.

Stéphanie Motard

Lire plus d’articles du projet Environnement : un monde de solutions

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :