Spécial cash : tout ce que vous avez toujours voulu savoir

17 novembre 2017 - Marie-Pier Tremblay

Il complique les relations internationales. Il exacerbe les tensions politiques. Il embrouille même les enjeux écologiques. Loin du simple bout de papier, l’argent règne en maître sur la planète. Outil indispensable ou invention néfaste ?

L’argent gouverne le monde. Mais qui gouverne l’argent ? On vous démystifie les grands concepts, institutions et manitous qui dirigent l’économie mondiale.  Compréhension garantie… ou argent remis !

Questions à 5 ₵

Qui a inventé l’argent ?

La monnaie a été introduite il y a 2 700 ans. Les billets ont été inventés beaucoup plus tard, en Chine, au cours de la dynastie Tang vers l’an 700.

La pièce de cinq sous connaîtra-t-elle le même sort que le sou noir ?

C’est en discussion. Les matériaux, le transport, l’essence, le salaire des employés… Produire de l’argent coûte de l’argent ! Quand une pièce devient plus chère à produire que ce qu’elle vaut, elle est éliminée.

Questions à 10 $

L’indice Big Mac, c’est vraiment sérieux ?

Gérald Fillion, journaliste économique.

Pourquoi le Big Mac ?Inventé en 1986 par le magazine britannique The Economist, cet indice  compare le coût de la vie de chaque pays en se basant sur le prix du Big Mac. Les prix sont convertis en dollars américains. En juillet 2017, le célèbre hamburger coûte ainsi 6,74 $ en Suisse, alors qu’il est de 4,66 $ au Canada, 2,92 $ en Chine et 1,70 $ en Ukraine. Le coût de la vie en Suisse est donc supérieur à celui du Canada.

Tout simplement parce qu’il est disponible dans tous les pays. C’est aussi un produit uniforme. La qualité et les ingrédients sont toujours les mêmes – pain, viande, laitue, fromage cheddar… et sauce mystérieuse dont on ne comprend toujours pas la composition ! « C’est bien sûr un indicateur simplifié, mais je crois qu’il donne une bonne idée du portrait général », dit Gérald Fillion, journaliste économique.

À qui doit-on rembourser la dette du Québec ? (et viendra-t-il nous casser les genoux en cas de non-paiement)

Vous pouvez prêter de l’argent au gouvernement. Il vous versera même des intérêts ! Le gouvernement du Québec emprunte donc à des citoyens et institutions partout dans le monde. Plus de 60 % de la dette est due à des investisseurs canadiens. Le reste est dû à des institutions internationales.

Questions à 100$

Un krach boursier, ça arrive comme un cheveu sur la soupe ?

Le krach (prononcer crac et non crash) boursier arrive quand survient une perte de confiance généralisée. Un investisseur se retire. Puis un autre. Et encore un… Bien vite, c’est la panique !

Il y a généralement plusieurs indices… mais on les comprend souvent trop tard ! « C’est comme une crise cardiaque, illustre Gérald Fillion. Une minute avant la crise, le gars a l’air en forme. On comprend après coup que ses artères étaient bloquées ou qu’il vivait trop de stress. »

Comment prévenir les dégringolades ? « Les marchés se sont munis de nouveaux arrêts automatiques, poursuit M. Fillion. Si les indices américains chutent de 7%, la bourse ferme pendant quinze minutes, le temps que les esprits se calment. Si la glissade se poursuit à la réouverture et atteint 13 %,  es activités seront de nouveau suspendues. Si la panique persiste, la bourse ferme jusqu’au lendemain. »

En 2016, les bourses de Shanghai et Shenzhen ont fermé une journée à la suite d’un effondrement qui a déclenché leur propre mécanisme de court-circuit automatique.

« Ça n’empêche pas les effondrements boursiers sur une longue période, mais  ça évite les krachs qui tombent comme la foudre sur un arbre », indique Gérald Fillion.

L’austérité, mal nécessaire ou diable incarné ?

« Vous avez sans doute un enseignant plus rigide, plus austère que les autres, illustre M. Fillion. Même si vous l’aimez moins, ça ne veut pas dire qu’il est le mal incarné ! »

L’austérité signifie que le gouvernement vient chercher plus de revenus dans vos poches (impôts, taxes) tout en vous en donnant moins (salaires, services).  C’est le régime sec !

« Quand un gouvernement en arrive à l’austérité, c’est soit parce que les finances publiques ont mal été gérées par le passé, soit parce qu’il a une conviction idéologique », dit Gérald Fillion.

Par exemple, sous le régime Harper, le gouvernement fédéral a fait de l’austérité, alors que le pays avait une des situations financières les plus enviables au monde. Il n’avait pas besoin de couper comme il l’a fait, c’était idéologique.

Ce qui est nécessaire, c’est de gérer ses finances de manière responsable. À certains moments, il est normal que le gouvernement s’endette pour investir dans les salaires, les subventions aux entreprises, etc… Il stimule ainsi l’économie. À d’autres moments, il n’a pas besoin de s’impliquer aussi activement, car l’économie va bien.

Est-ce que je peux payer ma slush en bitcoins ?

Le bitcoin est une monnaie virtuelle acceptée par un petit nombre de participants. Comme elle n’a pas de cours légal, les vendeurs ne sont pas obligés de l’accepter.

« Un des sérieux problèmes des bitcoins, c’est que leur valeur fluctue terriblement, dit Miville Tremblay, de la Banque du Canada. On préfère généralement les monnaies qui conservent leur valeur dans le temps. »

En 2013, le bitcoin est passé de 13 $ en janvier à 1 200 $ en novembre, pour rechuter à 600 $ en décembre. De vraies montagnes russes ! Reste que les monnaies virtuelles ont de l’avenir : elles peuvent simplifier et réduire les coûts de nos transactions en ligne.

Depuis 2015, la Gaspésie s’est dotée d’une monnaie exclusive, le demi. Il s’agit de vrais billets coupés en deux, chaque morceau valant la moitié de la valeur du billet initial. Comme cette monnaie ne circule qu’en Gaspésie, les commerçants qui l’acceptent devront acheter local à leur tour. Parfait pour encourager l’économie de la région !

Pour en savoir plus sur les bitcoins, voir Bitcoin pour les nuls.

Questions à 1 million $

Un monde sans argent comptant, ça se pourrait ?

On vit dans un monde qui se dématérialise et l’argent ne fait pas exception. La preuve, on utilise de moins en moins d’argent liquide pour effectuer nos transactions. Les banques et les gouvernements évaluent la possibilité de remplacer l’argent liquide par des cartes à puce hautement efficaces… ou simplement par le téléphone des consommateurs !

Imaginez la scène. Vous prenez une boîte de céréales sur la tablette d’un magasin et vous l’ajoutez au panier. L’article est scanné et son prix ajouté à votre facture. Il ne reste plus qu’à sortir du magasin avec vos sacs. L’argent sera retiré de votre compte.

Il reste seulement quelques articles sur la tablette ? Un signal est automatiquement envoyé au responsable des stocks. Beaucoup plus efficace !
Les transactions deviendront aussi plus sécuritaires : « Les vols de marchandises sont majoritairement commis par des employés, dit M. Fillion.  Le système automatisé donne des informations tellement précises que les
détaillants seront mieux protégés. »

Le Fonds Monétaire International (FMI) est-il le gros méchant ?

Le FMI est une solution de dernier recours pour les pays en grave difficulté. Cet organisme prête de l’argent à des conditions exigeantes qui peuvent entraîner beaucoup d’austérité.

Le FMI a toutefois assoupli ses critères au cours des dernières années. Les études ont démontré que l’austérité avait parfois des effets plus négatifs que prévus. Au lieu de couper simplement les dépenses, le FMI encourage maintenant les pays à stimuler les revenus – augmenter les salaires, offrir des subventions aux entreprises, etc.

Question qui n’a pas de prix

Le temps, c’est de l’argent ?

« Le temps, c’est de l’argent dans la mesure où on l’utilise pour travailler,  explique Louis Dugal, chroniqueur et professeur de philosophie. Vous prenez une heure pour cuisiner des beignes, vous vendez vos beignes, votre heure       « vaut » le prix de vente moins les ingrédients. Tic tac = kaching. On attribue l’expression à Benjamin Franklin, qui voulait par là rappeler à ses concitoyens américains que le temps est précieux. Attention cependant, utiliser tout son temps pour s’enrichir peut être un sacré gaspillage de temps (et donc d’argent). Il y a des occupations qui ne rapportent pas un sou, et qui possèdent pourtant une valeur inestimable – lire Curium, par exemple ! »

Texte : Julie Champagne

À lire aussi : Spécial cash : la vie, ça coûte combien ? / Spécial cash : la misère des riches

 

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍