Le regard des gens

15 mai 2018 - Curium

Par Célestine Uhde

 

De plus en plus, les gens oublient de regarder. Il suffit d’observer autour de soi; dans la rue, dans les transports en commun, à l’école ou même dans les spectacles et autres événements artistiques ou culturels. Que voyons-nous? Des téléphones cellulaires, des tablettes, des «i» en tout genre: des individus qui ne regardent plus la vie en temps réel.

Depuis quelque temps, je me questionne sur les bienfaits des nouvelles technologies et des réseaux sociaux, sur la place qu’ils prennent dans nos vies. Bien sûr, ils ont leur utilité! Je comprends la fascination pour ces plaquettes de vitres de différents formats, car la vitesse du partage de l’information sur Internet nous donne l’impression qu’il se passe toujours quelque chose loin de nous, les médias nous mitraillent de faits divers, les textos nous permettent de rester en contact avec nos ami.e.s peu importe l’heure et l’endroit.

Oui, c’est fascinant, de croire que le monde entier est à notre portée sur Facebook, Instagram, Snapchat… Mais c’est ici qu’il faut faire attention.

Je ne vous parlerai pas de vie privée sur Facebook, Mark Zuckerberg a déjà été assez attaqué sur le sujet par d’autres que moi. Je ne vous parlerai pas non plus de toutes ces raisons bidon que donnent certains parents pour nous faire quitter notre téléphone des yeux, comme la luminosité des écrans ou les ondes cellulaires, je vais plutôt vous parler du fond social de la chose, la perte des réels liens humains.

Plusieurs jeunes de 12 à 18 ans ont pris des habitudes qui n’auraient même pas été possibles ou envisageables il y a quelques années de cela! Filmer notre groupe de musique préféré lors d’un show spectaculaire à l’Impérial, se photographier dans tous les sens avec une belle vue, texter en classe, envoyer des «Strikes» sur Snapchat, enjoliver notre storie Instagram ou Messenger ou même supprimer certaines photos de nos comptes lorsqu’elles n’ont pas le nombre de likes souhaité. Je ne dis pas que c’est le cas de tout le monde, je dis que c’est ce que j’observe autour de moi et je ne dois pas être la seule.

Ce que nous avons tendance à oublier, c’est que pendant qu’on filme le spectacle, qu’on cherche à poser le meilleur profil d’une plage à Varadero ou qu’on se regarde le nombril à travers le nouveau filtre Snapchat, la vie, elle, continue d’avancer autour. Des choses se passent partout, pas seulement ailleurs, là où notre connexion Wifi nous permet d’accéder, des choses se passent aussi devant nous. Il y a une richesse incroyable dans une conversation entre deux personnes, qui se regardent dans les yeux, rient et pleurent ensemble. Cette richesse se perd lorsque nos principales activités entre ami.e.s reviennent à scroller nos photos et screenshots pour commenter les meilleurs memes et analyser les emojis envoyés par untel ou unetelle.

Il ne faut pas perdre de vue que nous sommes une société. Nous ne sommes pas de simples individus connectés, nous sommes des organismes vivants, qui avons besoin de liens humains, physiques, psychologiques.

Regardons dans l’histoire: les rebelles, les soulèvements de masse, les changements qui semblaient impossibles aux yeux de tous et les révolutions, tout ça s’est gagné par la force du nombre, par des rassemblements humains. Des casseroles frappées devant le parlement en 2012, des manifestations et des campements éphémères à grandeur de la ville en 2001 (sommet des Amériques), des soulèvements de OUI et de NON en 1995, les luttes «anti-Duplessis», le droit de vote des femmes, la reconnaissance raciale et j’en passe!

Tout cela est arrivé grâce à l’électricité sociale qui animait une société d’espoir. Aujourd’hui, le pouvoir des médias, les réseaux sociaux, l’impression que tout se passe alors que rien ne se passe, c’est la tactique des gens d’en haut.

Quel meilleur moyen de rendre une société aveugle que de lui donner l’impression qu’elle peut tout voir?

Alors oui, prenons des photos, partageons-les, profitons de cette agréable sensation d’être aimé que nous procurent les réseaux sociaux, mais n’oublions pas de nous aimer pour vrai. N’oublions pas que nous avons besoin de chaleur humaine, que la vie évolue en direct de l’autre côté des fenêtres de notre salon. Essayez, pour voir! Laissez quelques jours votre téléphone cellulaire sur votre table de chevet, ou bien rangée dans votre tiroir et prenez ce temps pour observer et tant qu’à y être, pour saluer les gens que vous croisez dans la rue.

 

 

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :

2 réponses à “Le regard des gens”

  1. Anonyme dit:

    tu écrits bien bientot tu pourras etre député …bravo

    • Célestine Uhde dit:

      Eh bien merci! Je vais commencer par obtenir ma majorité, la suite viendra!