En collaboration avec l’école secondaire Soulanges, Curium est fier de partager avec vous, une fois par mois, des textes du projet Encyclopédie des solutions pour protéger l’environnement.

 

Par Samuel Boucher et Ludovic Therrien

 

 

Le vison d’Europe, un adorable petit mammifère appartenant à la famille des Mustélidés est, depuis le début du XXe siècle, la cible de plusieurs assauts. En effet, ce mammifère semi-aquatique palmé occupait la presque totalité de l’Europe, de la France à la Russie. Maintenant, il occupe seulement deux zones: de la côte atlantique sud de la France au Nord-Ouest de l’Espagne et de la mer Baltique à la mer Noire.

Le territoire occupé par le vison d’Europe s’est fait écrasé par l’urbanisme. Ce fait a grandement contribué à chasser les visons de leur territoire.  En seulement dix ans,  plus de 70% de la population de ces mammifères d’Europe s’est éteinte.

 

 

Les pathologies représentent également une menace majeure pour les visons d’Europe. En 1973, en Europe, environ 4,9 millions de visons d’Amérique, une autre espèce de vison, vivaient dans des fermes à fourrure situées en Europe de l’Est. Le problème, c’est que plusieurs de ces visons d’Amérique se sont échappés et sont entrés en contact avec ceux d’Europe. Les visons d’Amérique transportaient des maladies auxquelles ils étaient résistants, mais pas les visons d’Europe (le botulisme, la maladie de Carré, l’entérite et la pneumonie).

Une solution a  été apportée par Natura 2000 qui s’occupe de la protection du territoire habitable pour le vison d’Europe. Par la création de parcs naturels pour plusieurs écosystèmes depuis 1922, Natura 2000 a pu prévenir la perte de plusieurs espèces en voie de disparition, dont le vison d’Europe.

Ce n’est pas tout, il y a aussi un programme créé pour diminuer la taille de la population de visons d’Amérique en Europe afin de prévenir la distribution des maladies. Ce programme, le Programme de lutte contre les visons d’Amérique, n’est pas dangereux pour la vie des visons, car il consiste à capturer les bêtes pour les stériliser et ensuite les relâcher.

 

Pour lire l’article complet : http://environnement.mongroupe.ca/le-vison-deurope



Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.