Histoire d’ados: Tu veux devenir quoi, plus tard ?  » JE LE SAIS PAAAAS !

14 décembre 2020 - pauline maudelonde

 

 

Ada, 14 ans

Tu veux devenir quoi, plus tard ? On la connaît, cette question-là, hein ? La phrase répétée un milliard de fois par nos grands-parents, à chaque souper de famille. Ouais.

Ben moi, c’était vétérinaire, parce que j’aimais les animaux (et que toutes mes amies voulaient le devenir…). Un autre métier qui se joint à pompière et policière dans la liste des classiques de la maternelle.

Mais avec le temps, les choses ont changé, beaucoup, et plusieurs fois, même.

La vérité, c’est qu’une « passion », ben j’en n’ai pas.

Mes parents disent souvent que je suis lâche, mais ce n’est pas que je ne VEUX pas trouver quelque chose d’intéressant à faire. C’est juste que je ne SAIS pas quoi faire. Je suis le genre de personne à commencer un projet, et qui le retrouve deux ans plus tard, dans le fond de sa garde-robe. Et cette difficulté est devenue de plus en plus imposante à mon entrée au secondaire.

Mes parents comparent le monde de l’emploi à des portes. Chaque porte est un futur métier à débloquer. Mais pour pouvoir débloquer ces portes, il te faut des « clés ». Et rendu au secondaire, le choix de programme peut influencer le nombre de clés que tu peux obtenir.

Mais même si je suis entrée au PEI (un programme enrichi qui donne pas mal de clés, semble-t-il) et que je pourrais avoir un bon trousseau plus tard, ce sera difficile pour moi de choisir quelle porte ouvrir. Je me suis longtemps dit que la bio était mon premier choix, mais ça ne me passionne pas à fond. Collectionner des roches et chercher des fossiles, OK, mais pas pour devenir géologue ou paléontologue. Ingénieure ? Côté créativité, ça va, mais côté passionnant, heu… non.

J’ai peut-être seulement 14 ans, mais je me préoccupe de mon avenir. Écrire ce texte est l’une des rares choses qui me motive autant, car je sais que je ne suis pas la seule à vivre cette
situation plutôt déplaisante. Et je veux que d’autres sachent qu’ils ne sont pas seuls, même si tous leurs amis ont des plans pour leur futur. Nos passions changent, ainsi que notre monde. De nouveaux métiers sont créés presque chaque année. Peut-être que ma nouvelle passion sera « inventée » très bientôt

Après avoir lu le témoignage de Ada, la Dre Sophie Leroux, psychologue, propose cette réflexion :

Objectivement, le plan d’Ada est excellent. Elle a des résultats scolaires lui permettant de s’inscrire à un programme enrichi, donnant accès à plusieurs options. Alors, d’où vient cette préoccupation pour son avenir ? Vous l’aurez deviné, en bonne partie de la pression extérieure. En raison d’une société axée sur la performance, l’apparence et le mérite. Ça rassure tout le monde d’avoir l’air de savoir ce que l’on va faire plus tard. Pourtant, dans les faits, il n’y a aucune garantie que notre projet de carrière se réalisera, pour plusieurs raisons. Par exemple, cette fille qui a longtemps voulu travailler en biologie marine… jusqu’au jour où elle découvre qu’elle a le mal de mer !

Trop de choix, ça crée aussi de l’anxiété. Lancez-vous, quitte à modifier votre choix s’il ne convient pas. Et la passion dans tout ça ? Elle ne colle pas avec toutes les personnalités. Ne perdure pas nécessairement dans le temps. Et parfois, elle apparaît seulement après avoir développé une habileté. C’est pourquoi il vaut mieux ne pas l’attendre, mais plutôt viser à bien vous connaître. Dans quels contextes vous sentez-vous bien ? Quelles sont vos forces et vos difficultés ? Quelles sont vos valeurs et dans quels domaines il est possible d’y adhérer ?

Et face à la fameuse question qu’on vous pose constamment sur votre choix de métier, vous pouvez trouver une phrase à répondre d’un ton assuré (par exemple : « pour le moment, je garde toutes les options ouvertes »). Il peut aussi être intéressant de questionner vos parents sur leur propre parcours. Leur attitude envers vous en est teintée. Mais à chacun son chemin. Bonne route ! .

Sophie Leroux, psychologue 

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :

Une réponse à “Histoire d’ados: Tu veux devenir quoi, plus tard ?  » JE LE SAIS PAAAAS !”

  1. Marianne dit:

    HISTOIRE D’ADOS::::::::6ans désespéré.Je sais que l’histoire à l’air bête mais, j’aime un garçon depuis 6ans et demi, jusqu’à ce que qu’il le découvre en un claquement de doigt, beaucoup de fille rêvent d’avouer ses sentiments à un garçon, mais ce n’était pas mon cas. Pour moi, si il le découvrait l’univers tout entier s’écroulerai sur moi. J’avais surtout peur qu’il me juge et cela me fait sentir triste maintenant. Aussi je ne voulais pas qu’il le sache,car je ne voulais pas être en peine d’amour je ne voulais pas ressentir cette tristesse pour la première fois. Il ne m’aime pas, mais une chose est sûre c’est que je ne l’oublira pas de si tôt,de ma nature persévérente.Maintenant qu’il sort avec une fille j’ai ressentis un jalousie si forte en mélange avec de la colère et je ne sais quoi faire.Donc,le message que je voulais passer est: Soyez fort en toutes circonstances,ne vous laissez pas abattre,pour un rien j’ai survécu 6ans et encore toute ma vie 😛 Encore merci a curium!!!!!!!!!!! 😉