Espace publicitaire

SLM : Curium rencontre Kathy Reichs

19 novembre 2016 - Curium

Six de nos blogueurs ont arpenté le Salon du livre de Montréal et réalisé des entrevues avec leurs auteurs préférés.

Kelly-Ann2

Un article de Kelly-Ann Oligny

 

J’ai eu la chance de rencontrer la merveilleuse Kathy Reichs! Je l’ai beaucoup appréciée, elle a été très généreuse et gentille avec moi. L’interview a été enrichissant. En plus d’être anthropologue judiciaire, professeure à l’université et productrice de la série télévisée Bones, Kathy Reichs est reconnue pour être l’auteure de la série à succès Temperance Brennan, qui comprend 18 livres. Elle a aussi écrit une série avec son fils, Brendon, qui met en vedette la petite nièce de Tempe, une jeune fille de 14 ans. Avec l’aide de ses trois meilleurs amis, elle utilisera la science pour résoudre des cas non résolus. Nous apprendrons qu’ils sont dotés d’habiletés particulières. Cette série comporte maintenant six tomes.

reichs_kathy-credit-to-marie-reine-mattera-2
Crédit:Marie-Reine Mattera

Pourquoi avez-vous commencé à écrire? Était-ce parce que vous avez toujours voulu le faire ou parce que vous cherchiez un moyen de sortir vos histoires de travail de votre tête?

KR: C’était vraiment une combinaison de plusieurs choses. J’ai toujours écrit, parce qu’en raison de mon métier de professeur d’université, je devais produire des articles scientifiques. Alors je me suis dit que ce serait agréable d’essayer d’écrire de la fiction, même si je n’avais aucune expérience dans ce style. Puis, au même moment, j’ai travaillé sur un cas de meurtres en série, ici à Montréal. Ce fut ma première inspiration. Alors, j’ai commencé avec cette idée centrale, j’ai changé tous les détails, les noms et les endroits, bien entendu, et après, je me suis dit : «Qu’est-ce qui se serait passé si telle chose s’était produite comme ça? Ou comme ça?» Et là, tout a déboulé.

Le personnage principal a la fâcheuse tendance à se mettre dans le pétrin parce qu’elle est prête à tout pour découvrir ce qu’elle veut savoir. Êtes-vous un peu comme elle? Êtes-vous parfois tellement impatiente d’obtenir ce que vous voulez que vous vous mettez dans de dangereuses situations?

KR: Non, pas vraiment. Tempe va souvent sur le terrain seule. Elle est prête à tout faire pour obtenir ce qu’elle espère. Et c’est la même chose dans la série télévisée, mais ce n’est pas vraiment réaliste. Oui, je vais sur les scènes de crime quand un corps ou des ossements doivent être retrouvés, mais je suis toujours accompagnée d’un policier ou d’une équipe spécialisée. La plupart du temps, je suis dans le laboratoire, alors je ne transporte pas de fusil et je ne travaille pas avec un policier en particulier comme le fait Tempe.

20161118_223202

Dans votre nouveau roman, Strike, une enquêteuse sur le web vient voir Tempe pour son aide. Mais Tempe est réticente à travailler avec elle au début. Avez-vous déjà été dans cette situation? Sinon, d’où avez-vous tiré cette idée?

KR: J’avais entendu parler du phénomène d’enquêteurs sur le web. J’ai alors fait plusieurs recherches pour en apprendre plus sur eux et j’en ai trouvé quelques-uns. J’ai été intriguée par les débats qui se déroulaient sur leurs sites web. C’est pour cette raison que je les ai utilisés pour élaborer une nouvelle histoire. Par ailleurs, c’est toujours de cette façon que je commence à créer : j’apprends quelque chose de nouveau, j’ai une idée par ici et par là, puis je prends des éléments d’un de mes cas et j’essaie de tout mélanger.

Vous êtes mère, auteure de 24 romans, anthropologue judiciaire, professeure à l’université et productrice de Bones, une série télévisée. Comment faites-vous pour gérer toutes ces choses en même temps?

KR : Ça prend définitivement de l’organisation et de la discipline. Chaque année, j’écris un roman avec mon fils, Brandon, un tome de la série Temperance Brennan, et, avec ma fille, un épisode pour l’émission, ce qui est très différent à écrire. Alors même si je n’ai pas envie d’écrire une journée, je dois le faire, peu importe, parce que si je ne m’y mets pas, je ne réussirai pas à tout finir.

Pouvez-vous nous parler un peu de votre travail d’anthropologue? Que préférez-vous à propos de lui?

KR : C’est définitivement de faire partie d’une équipe! Je ne travaille pas seule. Le Laboratoire judiciaire et de médecine légale ici à Montréal a plusieurs départements de spécialités différentes (incendie criminel, toxicologie et preuves…) Alors je collabore avec tous ces gens, en tant que membre d’une équipe ; c’est vraiment ce que je préfère. Bien évidemment, être en mesure d’identifier une personne est merveilleux. Tenter de découvrir ce qui s’est réellement produit et qui est le coupable en assemblant toutes les pièces du casse-tête est assez cool aussi. J’aime rendre justice s’il y a eu une forme de violence.

20161118_223324

Comment vos romans se sont-ils retrouvés à être une inspiration pour Bones, l’émission télévisée? Pouvez-vous nous parler du processus?

KR : Mon agent littéraire a envoyé quelques-uns de mes romans à un agent pour la télévision. Je ne sais pas exactement comment ça s’est produit, mais elle est entrée en contact avec Hart Henson, qui est devenu notre scénariste. Je savais qu’ils allaient changer certaines choses. Rendre le personnage un peu plus jeune par exemple. Par contre, j’ai établi mes limites, bien entendu. Je ne voulais pas que le personnage principal soit trop jeune ou un médium par exemple (rires). Mais je savais qu’il y aurait certaines différences entre la série télévisée et les romans et ça ne me posait aucun problème. Nous voulions aussi de l’humour, comme il y en a dans mes romans. Ce qui est, soit dit en passant, très difficile à faire, considérant la violence présente. C’est important d’être délicat.

Avez-vous des projets dont vous pouvez parler?

KR : Un nouveau roman vient tout juste de sortir en anglais. Il s’appelle The bone collection. C’est un recueil de quatre petites histoires. Je viens aussi d’écrire un roman avec Lee Child : Match up, et ça sortira le 13 juin prochain. Aussi, j’ai fini d’écrire un nouveau livre pour adultes, mais qui ne met pas en vedette Temperance. C’est un tout nouveau personnage dans un nouvel environnement et il sera en librairie peu après la sortie de ma collaboration avec Lee.

 Êtes-vous plus une personne matinale ou de soir?

KR : Pour écrire ou pour faire le party? (rires) Je travaille mieux le matin, mais je ne me lève quand même pas à l’aube. Je commence vers huit heures et j’arrête vers deux heures l’après-midi, parce que je ne suis plus aussi efficace après… Par contre, pour ce qui est du party… (rires) Contrairement à mon personnage, j’aime prendre un verre de vin, mais jamais au cours de la journée.

 Bonbons ou chocolat?

KR: Chocolat

Thé ou café?

KR: Café

 Chats ou chiens?

KR: Oh, mon Dieu. J’ai les deux; un chien et trois chats, alors je ne pourrais pas vous dire.

Téléséries ou films?

KR : Je préfère les séries, mais seulement quand elles ont vraiment bonnes. Je regarde beaucoup les chaînes sur commandes, et pas vraiment le réseau télévisé, même si mon émission est sur celui-ci (rires).

 

 

 

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :