Espace publicitaire

La grossophobie en 5 points

4 septembre 2019 - Émilie Senécal

1. De quessé ?

La grossophobie, c’est une discrimination fondée sur le poids. En plus de vivre des injustices et de subir des moqueries, les personnes grosses endurent des commentaires blessants de genre « Tu ne devrais pas manger de dessert… » ou « C’est bien que tu fasses du sport… » .

Donc, malgré ce que « grosso » et « phobie » suggèrent, il ne s’agit pas de la peur des gros !

2. Ctrl – Alt – Delete  les préjugés !

On associe faussement l’embonpoint à la paresse, à la malbouffe ou à une mauvaise santé. Même les médecins tombent parfois dans le panneau ! Quelqu’un de mince pourrait tout aussi être en mauvaise forme.

3. Un sérieux problème

Les victimes de grossophobie développent une image négative de leur corps. Conséquences : elles peuvent s’isoler, éprouver des difficultés dans leurs relations intimes, voire même développer des troubles alimentaires ou une dépression.

Selon des études de l’Université Yale, les personnes grosses ont moins de chance d’obtenir un emploi. Et la situation est pire pour les femmes.

4. Produits dérivés

La grossophobie a ses synonymes, comme le racisme anti-gros ou le fatshaming. Sur les réseaux sociaux, les militants combattent à coup de #bodypositive, #bodyacceptance, ou #fatisbeautiful.

Phil Roy en parle sans tabou sur les réseaux sociaux.

 

La photographe Julie Artacho est une militante bien connue au Québec.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

C’est grâce à des personnes extraordinaires comme Gabrielle que je suis la militante que je suis. Suprême partner de fat activism, work wife sur un fabuleux projet de documentaire et amie confidente de rêve. Aujourd’hui j’ai décidé d’assumer mes lignes de belly. Turns out qu’on en voit tellement pas souvent que je pensais que c’était moi le problème. Guess what? It’s not. C’est juste que les gaines pis Photoshop ça fait disparaître pas mal d’affaires. Je vais pas passer ma vie à vouloir me rapetisser et avoir l’air mince et/ou à mon « avantage ». Who cares? Souhaiter un mode de vie avec une alimentation restrictive pour vouloir le voir rapetisser (déjà là, trouvez vous un nouveau hobby) à quelqu’un est pas mal anti-santé. Aimer son corps et l’habiter c’est pas mal une meilleure option santé anyway. . . . . #fatpositive #fatsquad #fuckfatphobia #fuckfatshaming #fatsquad1010 #effyourbeautystandards #belly #bodypositive

Une publication partagée par Julie Artacho (@coeurdartacho) le

5.  Gros, pas gros… tous à poil!

Montrer des corps hors des standards de beauté, ça fait du bien! Dans la vraie vie, personne n’a un corps parfait. Les réactions au vidéoclip Lesbian Break Up Song de Safia Nolin ont démontré qu’il est encore difficile d’illustrer la diversité des corps.

 

En attendant un article plus détaillé dans le magazine, consultez Grossophobie.ca .

 

Merci à Dre Stéphanie Léonard, psychologue et fondatrice de Bien avec mon corps.

 

Texte: Emilie Senécal

Espace publicitaire
Espace publicitaire

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :