DES PRIX POUR RIRE AVANT DE RÉFLÉCHIR!

22 septembre 2015 - Rédaction Curium

Tous les ans, les recherches scientifiques les plus rigolotes sont récompensées lors des prix Ig Nobel!

Chaque mois de septembre, depuis 25 ans, se tient la cérémonie des Ig Nobel organisée par le magazine américain Annals of Improbable Research. Les Ig Nobel récompensent les recherches scientifiques les plus inusitées, amusantes et parfois même absurdes, bref, « celles qui font rire avant de faire réfléchir » ! Les organisateurs espèrent ainsi stimuler l’intérêt pour les sciences, la médecine et la technologie. Voici quelques gagnants de cette année :

chien

Le Ig Nobel de la physique a été remis à Patricia Yang, David Hu, Jonathan Pham et Jerome Choo. Ils ont ont établi que presque tous les mammifères vident leur vessie en environ 21 secondes.

Le prix de littérature va à une équipe de scientifiques des Pays-Bas et des États-Unis qui a découvert que l’interjection « heu! » existe dans toutes les langues… mais, on ne sait pas trop pourquoi !

sperm

Une équipe a mérité le Ig Nobel de mathématiques pour avoir essayé de démontrer mathématiquement comment le sultan Moulay Ismaïl a pu engendrer 888 enfants de 1697 à 1721.

Les chercheurs Bruno Grossi, Omar Larach, Mauricio Canals, Rodrigo A. Vásquez et José Iriarte-Díaz ont reçu le Ig Nobel de biologie. Ils ont remarqué qu’un poulet auquel on accroche une queue artificielle marche de la même façon qu’un dinosaure il y a des millions d’années.

Le Ig Nobel du diagnostic médical revient à des scientifiques de plusieurs pays, incluant le Canada. Ils ont déterminé qu’une appendicite aiguë peut être diagnostiquée par la douleur ressentie par un patient en voiture qui passe par-dessus un dos d’âne.

moquito

Le Ig Nobel de physiologie – entomologie a été remis à deux chercheurs. À Justin Schmidt pour avoir créé la Schmidt Sting Pain Index, une échelle de mesure qui calcule la douleur ressentie par des piqûres de différents insectes. Et à Michael L. Smith qui s’est volontairement fait piquer à répétition sur 25 différentes parties de son corps afin de savoir où cela était le moins douloureux.

Enfin, le Ig Nobel de la chimie revient au professeur australien Colin Raston pour l’invention du procédé chimique qui permet de « décuire » partiellement un œuf, (dont nous vous parlions dans un précédent numéro).

– Texte de Céline Lapointe

 

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :