Espace publicitaire

Voler vers la mort

19 août 2019 - Curium

À la recherche de sensations fortes, des casse-cou pratiquent le saut extrême. à chaque plongée dans le vide, leur vie est en jeu.

SAUT D’UN AVION SANS PARACHUTE

En 2016, Luke Aikins a sauté d’un avion à 7 600 mètres avant d’atterrir dans un filet au niveau du sol. Le filet, de 30 mètres par 30 mètres, était une toute petite cible par rapport à l’altitude de son saut. Dans le mille ! Il en est ressorti vivant.

SAUT EN COMBINAISON AILÉE (WINGSUIT)

Grâce à un habit de toile qui se gonfle d’air, le sauteur plane sur quatre mètres pour chaque mètre de descente. Typiquement, il saute d’un avion et virevolte comme un polatouche. Au dernier moment, il déclenche son parachute.

SAUT DEPUIS LA STRATOSPHÈRE

En 2012, l’Autrichien Felix Baumgartner s’est lancé d’une nacelle à 39 000 mètres d’altitude. Il est tombé en chute libre pendant plus de quatre minutes, dépassant la vitesse du son (il a atteint 1 358 km/h).

CHUTE LIBRE EXTRÊME (BASE JUMP)

Felix Baumgartner saute dans le gouffre Mamet, en Croatie.

 

Dans ce cas, le dingo saute d’un pont, d’une falaise, d’une tour, etc., avant d’ouvrir son parachute.

Il cherche souvent à frôler les parois, question de renforcer l’impression de voler. Sa vitesse maximale peut atteindre 200 km/h. Chaque année, une trentaine de personnes perdent la vie en s’adonnant à cette activité.

Comment contrôler sa chute ?

Puisque le centre de gravité du corps se situe environ au niveau du nombril, et que le parachute s’ouvre dans le dos, les parachutistes y vont « bedon premier ». Pour ce faire, ils doivent ouvrir leurs bras et leurs jambes au maximum. Il faut combattre le réflexe de se recroqueviller, explique Bertrand Cloutier, un parachutiste québécois de 65 ans. « La peur la plus ancestrale chez l’être humain, c’est celle de tomber. Le rêve le plus vieux de l’homme, c’est celui de voler. En parachute, en un court instant, on vit les deux », dit-il.

Pour plonger en piqué, on doit allonger les jambes. On crée ainsi une résistance avec l’air qui pousse le corps vers l’avant. À l’inverse, en déployant les bras vers l’avant, le corps se redresse. Avec de subtils mouvements des membres, un parachutiste expérimenté contrôle parfaitement sa chute libre. Ses manoeuvres sont décuplées avec une combinaison d’écureuil volant.

CHUTE LIBRE EXTRÊME + COMBINAISON AILÉE

Pas encore assez ? Ici, on enfile une combinaison ailée et on s’élance d’une falaise. Cela permet de survoler des montagnes inclinées à seulement 45°. Cette pratique ultra dangereuse est apparue il y a une vingtaine d’années.

Miles Daisher, de l’équipe Red Bull Air Force, saute du haut de la tour Titan à Moab aux États-Unis.

 

En cherchant un sauteur extrême québécois à interviewer, notre journaliste a eu du mal à en trouver un encore en vie… 🙁

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :