On vous dit tout sur les influenceurs virtuels !

17 novembre 2020 - pauline maudelonde

Les influenceurs virtuels sont parmis nous !

Lil Miquela se présente comme une musicienne, une militante engagée et une adepte de tacos. Sur Instagram, 2,6 millions d’abonnés suivent ses looks stylés et ses selfies avec Millie Bobby Brown, Bella Hadid ou les jumelles Olsen. Une seule ombre dans ce beau portrait ? Lil Miquela n’existe pas.

Ils sont beaux, ils sont engagés, ils sont partout. Après le cinéma et les jeux vidéo, les personnages virtuels envahissent maintenant Instagram, TikTok et autres plateformes numériques.

Ces influenceurs dernier cri sont développés par des studios transmédias et des agences de communication. La technologie informatique permet maintenant de créer des avatars au réalisme époustouflant. La frontière entre humain et virtuel devient quasi imperceptible.

Au-delà de leur physique parfait, les influenceurs virtuels viennent en prime avec une histoire évolutive bien ficelée – des traits de personnalité, des opinions politiques, des amis, des anciens amoureux… Ils sont conçus sur mesure pour plaire à leur public.

Et ça marche ! Chaque jour, ils recrutent de nouveaux disciples et décrochent dans la foulée des partenariats juteux avec des grandes marques – Samsung, Balmain, Calvin Klein…. De quoi rendre jaloux leurs collègues en chair et en os.

Hermione versus Lil Miquela

En pleine émergence, ces vedettes en imagerie de synthèse se taillent une place de choix dans le monde du marketing d’influence. Mais pour quelles raisons aurait-on envie de suivre un personnage créé de toutes pièces ? Après tout, rien n’est vrai. Ils ne peuvent pas réellement avoir une peine d’amour, une mauvaise journée ou un mal de bloc – quoi qu’ils en disent sur les réseaux.

« On s’attache aux influenceurs virtuels de la même façon qu’on le fait pour un personnage fictif dans un film, un téléroman ou des dessins animés, compare Nellie Brière, consultante et formatrice en médias sociaux. On sait qu’ils ne sont pas vrais, mais ça ne nous empêche pas de les aimer. C’est la même chose avec les influenceurs virtuels. Pas besoin que ce soit authentique pour se divertir ou s’identifier. »

Lil Miquela

 

Voir cette publication sur Instagram

 

To my fans …. I want to thank you guys so much for your support throughout the years !!!!! PS first pic is the original 💋 !!!!

Une publication partagée par Miquela (@lilmiquela) le

 

Personnage virtuel créé en 2016 par la compagnie californienne Brud, sur un logiciel d’imagerie 3D. Âgée de 19 ans (depuis 4 ans), elle chante, elle danse, elle prend la pose pour Samsung ou Burberry, elle partage des messages politicoengagés.

Son dernier clip musical, Hard Feelings, a été visionné 1,6 million de fois sur YouTube.

Imma

 

Égérie japonaise créée par la compagnie ModelingCafe, qui transpose sa tête en imagerie 3D sur un vrai corps et dans un vrai décor. Elle se distingue par une plastique hyperréaliste, sa passion pour la culture japonaise… et son petit faible pour Astro le robot !

Bermuda

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Seeing if I look cuter driving or being driven. 🤔

Une publication partagée par Bermuda (@bermudaisbae) le

 

Nommée en l’honneur de l’archipel, et non pas des shorts, la blonde républicaine Bermuda fait sa première apparition en 2018 en piratant le compte de Lil Miquela. Crêpage de chignons virtuel et guerre ouverte déchirent les deux rivales, maintenant devenues bonnes copines.

Un véritable feuilleton qui soulève la toile. Oh, vous a-t-on mentionné qu’elles ont été créées par le même studio ?

 

Julie Champagne

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :