Oeuvre d’art ou niaiserie ?

16 octobre 2019 - Marie-Pier Tremblay

Au-delà de savoir si une toile est originale ou s’il s’agit d’une copie, certains
se sont interrogés sur la bonne foi des artistes. Est-ce qu’un artiste doit être « authentique » pour être valable ? Quand on devient populaire,
est-ce qu’on perd notre identité ?

Premièrement, qu’est-ce qu’une « vraie » oeuvre d’art ?

C’est la question que l’artiste français Marcel Duchamp a posée en 1917 en exposant dans une galerie d’art réputée… un urinoir. L’oeuvre, appelée Fontaine (ha ! ha !) fait scandale ! Est-ce de l’art ou pas ? Comment trancher ?

Certains croient que pour se qualifier comme étant de l’art, l’objet (la sculpture, la peinture, la photographie) doit être produit par un artiste. Le bol de toilette ne se qualifie pas. Prout. Mais d’autres soutiennent que c’est à l’artiste seul de décider ce qui est, ou non, de l’art. Et enfin, certains affirment que la réflexion de l’artiste justifie l’oeuvre.

Pour Duchamp, l’art se trouve dans l’oeil du visiteur. Autrement dit, celui qui regarde l’urinoir « crée » du sens en regardant. En plaçant des objets du quotidien dans une galerie d’art, Duchamp leur donne un autre sens. L’Américain Andy Warhol utilise le même procédé avec son « pop art ». Devant une simple boîte de conserve exposée, on voit un portrait de la classe ouvrière ? Une critique de la société de consommation ? Ou… une simple boîte de conserve ?

Plusieurs musées dans le monde ont récemment célébré le centième anniversaire de Fontaine en présentant des copies que Duchamp avait autorisées (l’originale a disparu, on ne sait où). En 2005, elle a été choisie comme l’oeuvre la plus influente du 20e siècle selon une communauté de spécialistes britanniques. Pas mal pour une cuvette.

Authentique performance ou coup de pub ?

Le 5 octobre 2018, à la très réputée maison de vente aux enchères Sotheby’s de Londres, on vend la toile Girl with a balloon de Bansky pour environ 1,4 million de dollars canadiens.

Or, dès la vente confirmée, le tableau émet un son strident et s’autodétruit sous le nez des acheteurs ! Banksy dira plus tard avoir prévu ce petit mécanisme en cas de vente de son oeuvre aux enchères. Pourquoi ? Banksy, dont on ignore la véritable identité, est un graffiteur. Son art est par définition une critique des galeries et expositions. Se retrouver dans un musée ou dans des enchères ? JAMAIS.


Détruire son oeuvre alors qu’elle vient d’être vendue très cher, c’est un coup de génie, selon certains de ses fans.

Un coup de génie… payant ! Comme c’est la première fois qu’une telle chose arrive, la valeur de cette oeuvre pourrait avoir augmenté de 50 %. Ironie du sort ? Le monde s’interroge. Artiste rebelle ou sens des affaires ?

Et si le but était de faire un coup d’argent, est-il un moins bon artiste pour autant ?

Succès populaire = trahison ?

« Sell out ».
C’est l’expression qu’utilisent les fans d’un musicien ou d’un groupe qui devient commercial après avoir été dans les petits milieux alternatifs. Imaginez Childish Gambino chanter dans une annonce de McDo. Iiiish ? Ou pas iiish ? Popularité est-il en opposition à pureté ? Perd-on son talent quand on fait de l’argent ? Passer à la radio, c’est mal ? Se vendre… jusqu’à quel point ?

Texte : Jade Bérubé et Charles Prémont

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :