Nos corps ne vous appartiennent pas.

30 mai 2019 - Curium

Par Rosalie Mimeault-Morency, 13 ans

 

Alabama, États-Unis.

Nous sommes un mardi soir. Un mardi soir comme les autres, qui semble bien anodin. Mais à ce moment, une loi cruelle s’apprête à être votée. La nouvelle explose dans les médias le lendemain. Les réseaux sociaux s’enflamment. Les gens ont du mal à réaliser que cela ait pu se produire, pourtant c’est arrivé, et cela dans un des pays les plus supposément « évolués » du monde.

Le 15 mai dernier, 25 députés républicains ont voté une loi anti-avortement.

Ces 25 députés, ce sont tous des hommes. Des hommes qui ne tomberont jamais enceintes, des hommes qui ne vivront jamais une grossesse, qui n’accoucheront jamais et ne deviendront jamais mères, autrement dit, des hommes qui ne savent pas du tout de quoi ils parlent! Dans toute leur ignorance, ils veulent empêcher les femmes de faire leurs propres choix sur leur propre corps. Même en cas de viol ou d’inceste, la femme doit donner naissance au bébé selon eux. Ils se permettent d’établir une loi sur une situation qu’ils ne connaîtront jamais. C’est plus que scandaleux.

Pour en rajouter, ils veulent prévoir une peine allant de 10 à 99 ans de prison pour les médecins qui exécutent un avortement. Comme si soulager une femme qui ne se sent pas prête, ou ne désire simplement pas d’enfant pour une raison qui lui appartient, est un crime!

Donner naissance à un enfant, c’est un choix important qui a un énorme impact sur la vie d’une femme. Interdire l’avortement, c’est comme de tracer l’avenir d’une femme sans même lui demander son avis. Parce qu’avoir un enfant, c’est un choix qui influence le reste d’une vie, et c’est uniquement à elle de décider si elle le garde ou non, c’est son droit personnel. Personne d’autre ne devrait avoir le droit de choisir à sa place. Surtout pas ces députés.

J’ai vu circuler des photos de ces 25 politiciens rétrogrades sur les réseaux sociaux. Certains ont des conjointes, des filles même. Quel message leur envoient-ils? Que leur corps doit se faire contrôler par des hommes, qu’elles ne devraient pas avoir le droit de prendre une décision qui influencera le reste de leur vie par elles-mêmes?

Nous sommes en 2019. Les voitures peuvent se conduire toutes seules. Les scientifiques envisagent de se rendre sur la planète Mars. Mais de permettre aux femmes de ne pas mettre au monde un enfant qu’elles ne désirent pas, c’est inimaginable pour certaines personnes. Je ne comprends pas. Pourquoi changer une loi qui était déjà établie depuis longtemps et remonter au Moyen-Âge? Et ça ne peut pas être parce que nous avons besoin de faire croître la population! Nous sommes déjà presque 8 milliards d’humains sur Terre et les ressources naturelles s’épuisent à une vitesse alarmante!

J’ai l’impression que le corps féminin est encore trop souvent considéré comme un « objet » et que certains hommes se donnent le droit de le contrôler. Je croyais que notre société évoluait, mais avec ce qui vient de se produire, je réalise qu’il nous reste beaucoup de chemin à faire, que la lutte pour l’égalité des sexes est loin d’être achevée. Combien de femmes ayant autant d’expérience que les hommes, ou même plus, se font refuser un emploi seulement à cause de leur sexe? Combien de femmes se font juger uniquement par ce qu’elles portent et non par ce qu’elles pensent? Combien de femmes subissent la charge mentale à longueur de journée? Combien de femmes vivent du harcèlement au quotidien, que ce soit dans la rue, au travail, ou même dans leur entourage? Oui, il nous reste beaucoup de chemin à faire, mais vous savez quoi? On peut y arriver en étant solidaires!

Si tous ensemble, on faisait comme les 1000 manifestants qui ont protesté devant la Haute Cour à Washington, qu’on sortait dans les rues pour montrer qu’on en a assez des politiques rétrogrades, imaginez l’impact que ça aurait! Il faut tous s’unir pour dénoncer ce genre d’injustice, car peu importe notre genre, nous sommes tous concernés par la condition des femmes.

Je veux d’un avenir où je ne serai pas regardée de haut, où je n’aurai pas peur de revenir seule tard le soir, où mes opinions auront la même valeur que celles des hommes.

Surtout, où personne ne décidera à ma place de ce que je fais de mon corps.

Rosalie Mimeault-Morency

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :

Une réponse à “Nos corps ne vous appartiennent pas.”

  1. Émilie dit:

    Wow! Très bon texte, super intéressant!??