Ghosting : disparaître sans laisser de traces

16 septembre 2019 - Marie-Pier Tremblay

La veille, vous partagiez une foule de projets et de fous rires. Le lendemain, votre complice disparaît de la carte, sans indices ni explications. Décryptage du ghosting, un phénomène qui n’a rien de paranormal !

Un ami un peu susceptible, une camarade de classe, un kick prometteur…  N’importe qui peut se transformer subitement en fantôme. Ghoster son prochain, c’est ne plus répondre à ses messages, c’est le zapper comme s’il était une vulgaire émission de télé devenue ennuyante. Pourtant, encore hier, tout semblait aller pour le mieux.

Ça vous rappelle des souvenirs ? Vous n’êtes pas seul. Selon une étude américaine, 39 % des répondants confiaient avoir déjà été ghostés par un ami… et 36 % avouaient du même souffle avoir déjà utilisé cette même méthode pour rompre une amitié !

Évidemment, le ghosting ne date pas d’hier. On pouvait tout aussi bien arrêter de répondre aux lettres d’amour de notre troubadour médiéval, quand ses rimettes commençaient à nous taper sur les nerfs. Sauf qu’on avait toujours la possibilité que les lettres se soient perdues en cours de route. De nos jours, le cruel « Vu » en bas de la conversation ne laisse aucune place à l’ambiguïté. On a été éjecté de la vie de l’autre, volontairement et sans appel possible. Aouch !

Coupable de ghosting ?

Que celui ou celle qui n’a jamais eu la tentation de s’éclipser sans explications nous envoie le premier emoji caca ! « Les fins de relations demandent une maturité affective, une capacité de tolérer chez l’autre une déception, une colère, une tristesse, peut-être même un désespoir, explique Dre Florence Marcil-Denault, psychologue. Certaines personnes sont incapables de faire face à la douleur de l’autre. »

Disparaître, c’est parfois plus facile que d’exprimer nos insatisfactions, qu’elles soient amoureuses ou amicales. « Les intentions des gens qui ghostent ne sont pas systématiquement mauvaises, explique Geneviève Labelle, sexologue et psychothérapeute. On peut être sincèrement convaincu que le silence radio fait moins de peine que la vérité. »

Dans certaines circonstances, le ghosting pourrait même être une option tout à fait légitime. Par exemple, si on est aux prises avec une personne trop insistante, qui ne respecte pas notre décision de prendre nos distances. Chaque situation est unique.

Je me suis fait ghoster… et je capote !

Trahison, rejet, colère, tristesse, incompréhension… Voir quelqu’un qu’on apprécie se volatiser, c’est dur sur le coeur.

« Lors d’une rupture, c’est la personne abandonnée qui souffre le plus, indique Dre Marcil-Denault. Même s’il est difficile de quitter quelqu’un, on reste tout de même en contrôle de la décision. Le ghosting est particulièrement éprouvant, car plus tranchant. »

On a besoin de comprendre ce qui se passe autour de nous, surtout quand les sentiments s’en mêlent. C’est la nature humaine ! Le fait de se voir refuser des explications peut rendre le deuil de la relation encore plus long et difficile.

Alors, on fait quoi pour se sentir mieux ? On coupe définitivement le fil en acceptant que nos questions resteront sans réponses ou on insiste pour que le fantôme sorte de son mutisme ?

« Il n’y a pas de solution magique, dit Geneviève Labelle. Il faut trouver la meilleure stratégie pour nous, celle qui nous ferait le plus de bien dans les circonstances. On n’a aucune incidence sur l’autre, malheureusement. Notre bien-être, c’est le seul truc sur lequel on a du contrôle. »

Gare aux zombies !

Le zombieing, ou la technique du mort-vivant, c’est le retour surprise d’un ex, d’une amie ou d’un être apprécié, après avoir été subitement ghosté. Cet étrange spectre venu de l’au-delà tente de reprendre de nos nouvelles, comme si de rien n’était.

« C’est difficile de penser qu’il n’y aura pas d’impact sur la confiance, dit Geneviève Labelle. Si c’est arrivé une fois, est-ce que ça pourrait arriver encore ? Pour savoir comment réagir, on se demande ce qui nous ferait le plus de bien. Reprendre la relation ? Demander une mise au clair ? »

On est passé au numéro suivant depuis longtemps ? On peut tout aussi
bien choisir de ne pas répondre…
Bye bye Casper !

Texte : Julie Champagne

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :