Capturer le CO2

10 décembre 2018 - Marie-Pier Tremblay

Réduire nos émissions de gaz à effet de serre, c’est le principal défi de la lutte aux changements climatiques. Il faut BIEN SÛR en produire moins. Mais certains proposent aussi de capturer le dioxyde de carbone (CO2), qui, pour l’instant, sévit en toute impunité.

CAPTATION
IL FAUT BIEN L’ATTRAPER, CE GAZ !

Purificateur d’air

Carbon Engineering LTD

De nombreux projets visent à capturer le CO2 à la source : c’est-à-dire dans les industries polluantes, avant qu’il n’empoisonne l’air. Mais l’entreprise canadienne Carbon Engineering, établie en Colombie-Britannique, a une autre stratégie : filtrer l’air ambiant.

Le CO2 contenu dans l’air est d’abord absorbé par une solution d’hydroxyde, puis transformé en carbonates et éventuellement en pastilles de carbonate de calcium. Ces pastilles sont finalement chauffées à haute température pour libérer le dioxyde de carbone pur, automatiquement recueilli.

Chaque installation permettrait de retirer un million de tonnes de CO2 par année, l’équivalent des émanations de 250 000 voitures.

Comme les végétaux, mais en mieux

Jessica Hochreiter – Arizona University

 

Filtrer le CO2 de l’air, ce n’est pas nouveau… les arbres le font depuis toujours ! Une équipe de l’Université d’Arizona, aux États-Unis, a testé une variété de matériaux pour découvrir qu’un certain type de résine blanche en plastique absorbe naturellement le gaz carbonique de l’air. Ce plastique absorbe mille fois plus de CO2 qu’un arbre ! Il suffit ensuite de le mouiller pour relâcher le CO2. Et ce, de façon passive (sans apport énergétique).

STOCKAGE
MAINTENANT ON LE MET OÙ ?

Retournez-le d’où il vient !
Dans le sol ! Utiliser d’anciens gisements de pétrole et de gaz, ou même dans le fond marin. Plusieurs experts misent sur cette solution. La technologie a été testée à grande échelle. Quelques entreprises l’utilisent déjà.

Et de nombreux projets sont en cours. Selon les calculs, le CO2 devrait rester dans le sol, de façon stable, pour quelques millions d’années ! On croit pouvoir ainsi stocker des milliards de tonnes de gaz.

Minéralisez-le

Carbfix

 

Des scientifiques se sont penchés sur les processus de carbonatation minérale. Il s’agit de mettre le CO2 en contact avec des éléments chimiques qui le transformeront en carbonate, un minéral. En Islande, le projet CarbFix expérimente l’injection d’eau carbonisée dans le sol.

La majorité du gaz réagit avec le magnésium et le calcium présent dans la croûte terrestre, et se solidifie de façon durable.

RECYCLAGE
ON N’EST PAS OBLIGÉ DE S’EN DÉBARRASSER

Énergie
Carbon Engineering, l’entreprise britanno-colombienne, a développé une recette pour fabriquer un carburant « recyclé ». Prenez du CO2 capté dans l’air, ajoutez de l’hydrogène obtenu par électrolyse de l’eau et vous obtenez de l’hydrocarbure, capable de propulser un véhicule et, peut-être même un jour, un avion.

Agriculture

Climeworks

 

L’entreprise suisse Climeworks utilise le dioxyde de carbone pour augmenter de 20 % sa production de légumes. Comment ? En augmentant la proportion de CO2 dans les serres, les plants accélèrent la photosynthèse. Ils absorbent davantage de lumière, laquelle est transformée en énergie qui favorise la croissance (et donc la productivité).

Nettoyage à sec
Qu’obtenez-vous si vous refroidissez le CO2 pour qu’il devienne solide (-78,5 °C) ? De la glace sèche ! L’entreprise Cool Clean Technologies utilise de petits morceaux de cette glace pour le nettoyage sous pression de matériel électronique, aérospatial ou médical. Contrairement au nettoyage à base d’eau ou de sable, le CO2 ne laisse aucune trace, puisqu’il redevient gaz dès qu’il se réchauffe. Bon. Ça ne règle donc pas le problème, mais ça donne tout de même une seconde vie au CO2. Toujours ça de gagné…

Polymères
Des équipes de recherche ont trouvé différents moyens d’utiliser le CO2 pour remplacer le pétrole dans la fabrication de plastique. Des chercheurs de l’Université de Toronto ont réussi à convertir le dioxyde de carbone en éthylène, l’ingrédient principal du polyéthylène, qui sert à la fabrication de sacs et de bouteilles en plastique (mais ça aussi, on veut s’en débarrasser). La pharmaceutique Bayer a plutôt développé une mousse synthétique utilisée dans la confection de matelas. Et l’entreprise NRG a réussi l’exploit de fabriquer… des souliers, composés à 75 % de polymère issu de CO2 recyclé.

Breuvages
Une usine de la pétrolière Shell, en Alberta, capte une partie de ses émanations pour les vendre à l’entreprise Air Liquide. Ce gaz est purifié puis transformé pour obtenir une deuxième vie : des bulles ! Effectivement, les boissons gazeuses sont composées de CO2 (et d’un soupçon d’eau sucrée).

Alors pourquoi pas du CO2 recyclé ? Mais, encore ici, une fois la canette ouverte, le gaz s’échappe à nouveau dans l’air, contribuant très légèrement à l’effet de serre.

Texte : Philippe Marois

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :