ATTENTION AUX PIÈGES ALIMENTAIRES !

17 février 2021 - pauline maudelonde

On croit faire des choix éclairés, et (vlan !) on tombe dans le panneau ! Alors, quels sont les pièges alimentaires à éviter ?

L’indice de masse corporelle

Le poids santé pour une corpulence et un âge donnés) est traditionnellement utilisé comme indice pour mesurer le surpoids. Il est de plus en plus critiqué par les spécialistes de la santé.

L’indice de masse corporelle, ou IMC : pas un argument de poids « Vous avez aussi le droit de dire à vos proches que vous ne voulez pas vous faire parler de votre poids. » – le Nutritionniste urbain Bernard Lavallée

Le nutritionnisme

C’est la tendance à considérer les aliments uniquement en fonction de leurs nutriments. On ne mange plus une banane, on mange du potassium ! Ça laisse penser que les nutriments sont plus importants que les aliments, alors que c’est le contraire : « On ne connaît pas encore toutes les propriétés des aliments dans leur entièreté. D’autre part, ils nous lient à notre culture, au plaisir. Ça aussi, c’est important », rappelle le Nutritionniste urbain.

Les superaliments

Certains fruits ou légumes sont mis sur un piédestal aux dépens des autres. Or, il faut manger de tout. Variez les aliments !

 

Le tableau de la valeur nutritive : oui, mais !

Le familier tableau de la valeur nutritive, obligatoire pour la plupart des aliments emballés, est très utile pour comparer des aliments. Il indique notamment :

• la portion ;

• les calories ;

• le pourcentage de l’apport quotidien recommandé ;

• des renseignements sur une douzaine de nutriments (lipides, sel, glucides, fibres, etc.).

Mais voilà : afin de fournir ces renseignements, les fabricants peuvent soit se fier aux informations d’une banque de données nutritionnelles, ce qui donne une moyenne plus ou moins fiable, soit confier la tâche à un laboratoire. Le résultat est alors plus précis, mais encore incomplet, compte tenu des variations entre les aliments vivants.

C’est pourquoi Santé Canada autorise une marge d’erreur de 20 % pour les glucides, les vitamines, les minéraux et les fibres. Exemple : une étiquette indiquant 10 mg pourrait n’en contenir que 8 mg. Pour les lipides, les gras trans, les calories, les sucres et le sodium, même si le tableau indique, disons 300 mg de gras saturés, Santé Canada permet un contenu réel allant jusqu’à 360 mg (120 %).

Le tableau est utile pour comparer les aliments entre eux, mais attention, si l’un contient 300 mg de gras saturés et l’autre, 340 mg, on est dans la marge d’erreur.

Michel Legault

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :