La prison de Stanford

12 août 2014 - Rédaction Curium

Stanford

Été 1971, Université Standford, Californie. Des universitaires sont recrutés comme cobayes pour une étude en psychologie. On les amène dans une pseudo-prison. Au hasard, on désigne parmi eux des prisonniers et des gardiens.

Philip G. Zimbardo, le psychologue derrière l’étude, veut prouver que le contexte, plus que la personnalité, influence les actions des individus. Et la suite lui donne raison.

L’expérimentation tourne au vinaigre. Les gardes abusent de leur autorité et deviennent «sadiques», continuant à tourmenter les prisonniers même la nuit lorsque l’expérimentation devrait cesser. Après 6 jours d’étude (sur 14), les prisonniers montrent des signes de stress extrême et de dépression. Compte tenu de l’état psychologique des cobayes, on décide de mettre fin à l’expérience.

-Anabel Cossette Civitella

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍