Encyclopédie des solutions: viande synthétique : future gastronomie ?

5 septembre 2017 - Rédaction Curium

En collaboration avec l’école secondaire Soulanges, Curium est fier de partager avec vous, une fois par mois, des textes du projet Encyclopédie des solutions pour protéger l’environnement.

Par Maïa Noël et Ariane Pharand

 

 

La production de viande a énormément augmenté depuis les 50 dernières années, elle est passée de 75 millions à plus de 300 millions de tonnes dans le monde. Cette augmentation n’est pas seulement due à l’augmentation de la population elle-même, dont le chiffre a un peu plus que doublé depuis 50 ans, alors que la production de viande a quadruplé!

De nos jours, un citoyen venant d’un pays industrialisé consomme en moyenne 76 kilogrammes de viande par année (167 livres), alors qu’ailleurs dans le monde, ce chiffre se situe à environ 43 kilogrammes (95 livres).

Viande de laboratoire, une solution ?

La viande in vitro a été créée par le scientifique néerlandais Mark Post, de l’université de Maastricht. Cette viande, qui est aussi connue sous le nom de viande cultivée, viande synthétique ou viande artificielle, est une viande créée entièrement en laboratoire en imitant le tissu musculaire de la vraie viande. Il ne s’agit pas, effectivement, de vraie chair puisque seulement un amas de fibres musculaires est reproduit sans les nerfs, les vaisseaux sanguins et le gras, ce qui rend son goût et la texture légèrement différents.

Un hamburger de laboratoire a été goûté pour la première fois à Londres le 5 août 2013, le verdict face à cette dégustation était plutôt positif. Bien évidemment, ce projet étant assez récent, il y a encore place à l’amélioration. La viande in vitro représente un avantage pour l’environnement, puisqu’entre 7 et 45% moins d’énergie est consommée et que l’équivalent de 4% de l’eau consacrée à la viande d’élevage est utilisée pour cette viande.

Vous avez alors un hamburger dont la production a causé peu de dégâts à l’environnement, mais qui, malheureusement, vaut  près de 364 000$ canadiens (245 000 euros). Ce n’est pas abordable pour l’instant, mais Mark Post dit vouloir créer de la viande in vitro à grande échelle et ainsi en faire commerce, donc cette viande deviendra abordable.

 

Pour lire l’article complet :

http://environnement.mongroupe.ca/viande-synthetique-future-gastronomie

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍