Salut chatbot ! [vidéo]

20 novembre 2017 - Marie-Pier Tremblay

 

Les apps, c’est fini ! Pour consulter la météo, acheter des vêtements ou obtenir les derniers potins sur votre vedette préférée, parlez simplement à vos chatbots !

Les chatbots – ou robots qui font la conversation – sont la tendance du moment. On les contacte par messagerie texte, ils nous renvoient une réponse appropriée. Jeux, magasinage, lecture des actualités… « Tout ce qui existe sur le web peut maintenant se faire par chatbot », dit David Paquet Pitts, de l’agence web Okam.

Pratico pratique

Les informaticiens essaient depuis longtemps de programmer des logiciels capables d’avoir une conversation écrite avec les humains. Depuis l’an dernier, Facebook autorise les bots sur Messenger (avant, seuls les humains pouvaient y converser). Depuis, c’est l’explosion : Messenger compte déjà plus de 100 000 bots ! Sans compter ceux sur WhatsApp, Kik, Slack…

Pourquoi un tel engouement ? Nos téléphones sont pleins. Télécharger une nouvelle app consiste souvent à devoir en éliminer une autre. Mais avec un robot, on n’a rien à installer : on le contacte simplement par messagerie. Et une fois que le robot se trouve parmi nos contacts, il y reste. Il nous relance même de temps en temps pour nous proposer du nouveau contenu. Parfait pour les entreprises qui cherchent à bâtir une relation à long terme avec nous !

ON NE PARLE PAS AUX (BOTS) INCONNUS !

Comme partout ailleurs sur le web, vérifiez à qui vous avez affaire avant d’utiliser un chatbot. Et protégez vos informations personnelles… « On verra sans doute un jour de la fraude ou du vol d’identité par chatbot ! » prévient David Paquet Pitts. Quand vous démarrez un chatbot dans Messenger, l’entreprise obtient l’accès à vos informations publiques.

Pas beaucoup de jasette… pour l’instant !

Le chatbot est conçu pour répondre à un besoin précis, contrairement aux assistants virtuels comme Siri qui sont plus généraux. Il y a un chatbot pour la
météo, un autre pour les actualités, un pour les photos de chats…

Beaucoup de bots actuels sont incapables de converser réellement. Ils nous proposent plutôt de sélectionner des questions parmi des options déjà définies. « Cela simplifie les échanges, mais c’est moins naturel comme interaction », déplore Erdem Ozcan, de l’entreprise de conception de chatbots Automat. Ça devient aussi vachement répétitif !

Autre lacune : il existe encore peu de robots en français. Pour séduire leurs clients, les entreprises devront créer des robots qui maîtrisent plusieurs langues. Le bot de l’avenir sera plus attachant, plus naturel.

« Pour ça, nous aurons besoin d’auteurs pour imaginer différents scénarios de conversation et donner de la personnalité au robot, dit Samuel Hallé de chez Okam. Le ton est super important ! »

Certains bots imitent même des personnalités célèbres, que ce soit sur des comptes officiels, commandités par des marques ou encore créés par des fans. Une conversation avec Liam Hemsworth ou Kim Kardashian, ça vous intéresse ?

L’important est de toujours rester transparent, croit David Paquet Pitts. « Si on pense discuter avec un humain et qu’il répond de manière erratique, la magie de l’immersion se brise complètement ! » Un bon bot annonce d’emblée ses limites et ses capacités, afin de ne pas créer d’attentes irréalistes chez l’utilisateur.

Curium a testé !

Sur le web : 

Bienvenue en 2067

Ce robot accompagne l’émission de radio Bienvenue en 2067, animé par Jean-René Dufort, et teste vos connaissances sur le futur ! Amusant.

Sur Messenger :

Poncho

Toute la météo, et un peu de conversation (en anglais seulement)

Chillico

Pour des suggestions de films ou séries à regarder sur Illico. Sympa, mais pas de conversation.

Radio-Canada Information

Pour consulter les dernières actualités. Pas de conversation. Bouuh.

Christopher Bot

Créé par un ado de 14 ans de la Colombie-Britannique, ce robot vous envoie un  texto après chacun de vos cours pour vous demander si vous avez des devoirs. Puis, il vous rappelle de les faire à temps ! (En anglais seulement)

Les Décodeurs

Pour vérifier la fiabilité d’un site d’information ou confirmer une rumeur. Il s’agit d’un site français, donc on n’a parfois jamais entendu parler des rumeurs qu’ils vérifient…

Texte : Raphaëlle Derome

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍