Ils savent communiquer, font preuve de tendresse, tissent des liens profonds avec leurs semblables et sont capables de pensée abstraite…

Plus les recherches en primatologie se précisent, plus le lien entre le singe et l’humain se resserre. Et si notre plus lointain cousin nous ressemblait plus qu’on veut bien le croire ?

Si l’humain ne descend pas directement du singe, les études confirment hors de tout doute qu’il partage un ancêtre commun avec les chimpanzés. Notre histoire évolutive est claire. « Nous faisons partie intégrante du règne animal et les scientifiques ont des preuves irréfutables de notre affiliation avec les primates, explique Bernard Chapais, primatologue et professeur d’anthropologie à l’Université de Montréal. Plus on remonte loin dans le temps, plus les ressemblances sont importantes. »

Il faut reculer entre six et huit millions d’années pour retracer le point de jonction entre l’homme et le singe. Les scientifiques sont persuadés de l’existence d’une espèce souche, qu’ils seraient d’ailleurs en voie de trouver. Les deux lignées chimpanzé-homme auraient ensuite évolué différemment, chacune de son côté.

Ici, un robot-singe dont la mission était de recueillir des données en catimini est pris en charge par une colonie de langurs. Ceux-ci sont visiblement affectés par l’état du faux singe, le croyant malade, blessé ou mort.

 

 

 

Texte: Julie Champagne



Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.