Pouvoir mystique ? Invention des gourous du bonheur ? Non, disent les neuroscientifiques. L’intuition existe — et ce n’est pas leur petit doigt qui le dit!

Tantôt l’intuition surgit comme une certitude profonde, tantôt comme un éclair de génie. C’est une sensation immédiate et spontanée qui ne fait pas appel au raisonnement. C’est ainsi que sous la douche du matin, vous trouvez enfin la solution miracle à cet épineux problème ou la grande idée du film qui vous propulsera à Cannes…

D’après sa définition, l’intuition est un mode de connaissance indépendant de la raison. Elle ne provient pas d’un processus rationnel ou logique. Elle n’est pas issue d’une réflexion, d’une analyse ou d’une déduction.

 

Selon les psychologues, il existe deux vitesses de pensée :

Première vitesse

La pensée intuitive est fondée sur des réactions automatiques, mais peu conscientes, comme quand vous choisissez vos vêtements du matin. Rapide, émotive et sensible aux biais cognitifs, elle intervient dans la majorité de vos décisions. (Biais cognitif : Une perception ou une croyance erronée qui teinte le jugement et perturbe le processus de décision.)

 

Deuxième vitesse

 

La pensée analytique est plus lente, délibérée et logique. Elle intervient lorsque la pensée intuitive vous semble insuffisante, comme quand vous devez déterminer votre domaine d’études. Vous analysez, soupesez, accumulez les informations et les arguments…

Les deux systèmes de pensée peuvent interagir pour faciliter la prise de décision. Un exemple ? L’intuition peut vous aider à réduire votre champ de possibilités, pour ensuite effectuer une analyse approfondie des deux ou trois options retenues. Comme quand vous hésitez entre le cheeseburger et la salade asiatique au restaurant.

 

Trois conditions essentielles pour un flair du tonnerre !

1- EXPÉRIENCE : Il faudrait dix années d’expérience dans un domaine avant que nos jugements intuitifs ne deviennent fiables.

2- CONTEXTE: L’intuition est gage de succès dans le cadre de problèmes non structurés. Par exemple, déterminer si ce nouveau film de Leonardo sera un flop ou un succès.

3- DISPONIBILITÉ: Pour que notre sixième sens se manifeste, il faut lui foutre la paix ! Si on le bouscule, si nos pensées tourbillonnent sans cesse, l’intuition ne peut s’exprimer.

 

DES GÉNIES INTUITIFS

87% des lauréats du prix Nobel en science et en médecine ont cité l’intuition parmi les facteurs de leur succès.

Source : Ça m’intéresse, n° 365, octobre 2010

 

Quand l’intuition vous trompe

L’humain ne serait pas un être aussi rationnel qu’il veut bien le croire. C’est du moins le constat qui se dégage des recherches du psychologue américano-israélien Daniel Kahneman, prix Nobel d’économie en 2002 pour ses travaux sur le raisonnement et la prise de décisions impliquant des risques.

À partir d’expériences en laboratoire, Kahneman a établi que les individus évaluent de façon asymétrique leurs possibilités de perte et de gain. Petite démonstration.

DILEMME # 1

Que choisiriez-vous entre…

Un gain certain de 500 $ OU  Un jeu offrant 50 % de chances de gagner 1 200 $ et 50 % de ne rien gagner?

Si vous êtes comme 84 % des participants, vous avez intuitivement choisi le gain certain de 500 $. Bien que le jeu offre une espérance mathématique de 100 $ supérieure au gain certain (50% x 1200$ + 50% x 0$ = 600$), les participants ne veulent pas prendre le risque de gagner ce supplément. Ils auraient donc le risque en aversion.

DILEMME #2

Que choisiriez-vous entre…

Une perte certaine de 500 $ OU Un jeu offrant 50 % de chances de perdre 1 000 $ et 50 % de ne rien perdre !?

Dans ce cas, la tendance se renverse complètement : 69 % des participants préfèrent intuitivement le pari offrant 50 % de chances de perdre 1 000 $ à la perte certaine de 500 $. Les participants font ainsi preuve d’un comportement de prise de risque.

Certains biais cognitifs, comme la peur du risque, interviennent donc dans des décisions à la base purement mathématiques. Résultat : des choix parfois irrationnels dictés par l’intuition… et pas toujours pour le mieux !

 

L’INTUITION, LA NOUVELLE ARME DU SOLDAT ?

En 2014, l’armée américaine a inauguré un nouveau programme de recherche pour améliorer les capacités intuitives des militaires en mission. Cela après que des soldats basés en Irak et en Afghanistan eurent rapporté des sensations inexpliquées de danger imminent à l’approche d’embuscades.

 

ALPHAGO : LA MACHINE À L’INTUITION HUMAINE… OU PRESQUE !

En 2016, le programme informatique AlphaGo affronte Lee Sedol, véritable sommité mondiale de go, le jeu le plus complexe et stratégique au monde. L’ordinateur remporte quatre des cinq parties et épate la galerie en osant des coups que les experts qualifient de créatifs, voire d’intuitifs.

Les programmeurs ont nourri AlphaGo avec un million de parties de go. L’intelligence artifi cielle peut donc apprendre par elle-même en jonglant avec ces quantités astronomiques d’informations pour créer de nouvelles combinaisons.

La machine serait-elle devenue aussi intuitive que l’humain ? Pas nécessairement. Selon certains observateurs, c’est même ce qui aurait coûté la dernière victoire à AlphaGo. Comme quoi on ne saisit pas encore tous les mécanismes de l’intuition…

 

 



Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.