Un colibri, un héron, une araignée… Du ciel, on peut observer des centaines de dessins spectaculaires.

On les appelle les géoglyphes de Nazca : une des plus grandes énigmes de l’archéologie. On estime que les étranges tracés dateraient de plus de deux millénaires. Étendus sur 450 km2, soit un peu moins que la superficie de l’Île de Montréal : des dessins d’animaux, de plantes, des êtres imaginaires, des insectes, des objets du quotidien et même des figures abstraites. Certaines oeuvres couvrent l’équivalent de trois terrains de football.

Le plus intrigant ? Il semble que le désert péruvien ait encore quelques secrets à nous dévoiler. En 2014, des vents violents et des tempêtes de sable ont mis au jour un nouvel ensemble de géoglyphes cachés, incluant un lama, un oiseau et un serpent de 60 mètres de long. De quoi enflammer les esprits pour encore
quelques années !


Curium_QuepensestuMag26



Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.