Créer une légende urbaine : mode d’emploi

14 mars 2018 - Marie-Pier Tremblay

Dans un bâtiment de l’Institut de Technologie de Rochester (ITR), aux États-Unis, il existe des escaliers sans fin, une merveille qui défie les lois de la physique. Les étudiants qui s’y aventurent sont totalement estomaqués. Depuis un pallier, on voit des individus monter des marches… et revenir un étage plus bas, comme s’ils tournaient en rond !

Construits dans les années 1960 par un architecte philipin ensuite disparu, les escaliers Escherian portent le nom d’un artiste néerlandais, M.C. Escher, qui dessinait des objets invraisemblables et des illusions d’optique.

Mais comment l’architecte et son équipe ont-ils réalisé ces plans en
apparence impossibles ? Eh bien… ils ne l’ont pas fait. Les escaliers n’existent pas. Il s’agit d’un canular, une légende urbaine orchestrée par Michael Lacanilao, un étudiant en cinéma de l’ITR. Le cinéaste l’avoue lui-même : il
souhaitait construire un mythe pour observer comment Internet parvient
à ébranler notre pensée critique. Et ça marche ! Plusieurs internautes sont tombés dans le panneau : « La vidéo est estampillée au nom de l’ITR, commente André Lafrance, professeur honoraire de communication, à l’Université de Montréal. Une référence solide qui explique que les gens accordent leur confiance. Même si la structure est abracadabrante, elle semble fiable. »

Et puis, il y a bien des choses qu’on pensait impossibles il n’y a pas si longtemps qui ont été réalisées grâce à la science et à la technologie. Alors pourquoi pas ?

Étape 1

Le cinéaste Michael Lacanilao a créé un faux documentaire sur ces mystérieux escaliers. Il le date de 1997, pour ancrer son mythe dans le temps. Le clip de sept minutes, diffusé sur YouTube, commence aussi abruptement qu’il se termine. Dans le titre, on peut lire qu’il s’agit de la partie 6, comme si le film faisait partie d’une série. Les internautes sont laissés sans contexte : pas de début, pas de fin.

Étape 2

L’instigateur de la supercherie a minutieusement parsemé une tonne de références partout sur le web : des témoignages, des images d’archives, des plans d’ingénieur, des articles scientifiques, un profil Facebook de l’architecte… Tout est faux !

Étape 3

La pierre angulaire de son arnaque est une émission scientifique inventée de toutes pièces : Can you imagine. Le titre de la vidéo inclut la mention « Épisode 3 », question d’ajouter de la crédibilité. Les autres épisodes sont évidemment introuvables ! Les effets spéciaux sont hallucinants : on y voit une chaîne humaine d’étudiants, main dans la main, afin de prouver que les escaliers tournent en boucle sur eux-mêmes. Le montage et les effets spéciaux sont totalement bluffants. On y croirait… presque !

Texte : Marion Spée

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :