Cette tortue punk qui respire par les fesses est menacée

16 août 2018 - Marie-Pier Tremblay

Elle, c’est Mary River. Elle vit en Australie. D’abord (il faut le dire), on adore sa coupe de cheveux, à base d’algues vertes. Parce que oui, les algues poussent sur sa tête. Déjà, c’est une marginale au royaume des tortues.

Mais ce n’est pas sa seule particularité. Des glandes de ses organes génitaux sont capables d’absorber l’oxygène, ce qui lui permet de respirer sous l’eau pendant… trois jours !

La société zoologique de Londres a développé une liste de reptiles à la fois menacés et distincts d’un point de vue évolutif (peu d’espèces similaires). La tortue de la Mary River (Elusor macrurus, de son petit nom latin) figure sur cette liste. Des programmes de conservation protégent l’espèce, mais cette tortue ne commence à s’accoupler qu’à partir de 25 ans. Disons que ça freine la reproduction rapide…

Texte : Philippe Marois

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :

Une réponse à “Cette tortue punk qui respire par les fesses est menacée”

  1. Anonyme dit:

    😥 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯