Ahed Tamimi : hors-la-loi pour la bonne cause

14 mars 2018 - Marie-Pier Tremblay

Enfreindre la loi pour faire avancer le monde… Bizarre, nécessaire ou inacceptable ?

La désobéissance civile est le refus de se soumettre à une loi jugée injuste. Autrement dit, agir de manière illégale pour… améliorer la loi ! Un désir de changement peut-il justifier le crime ? À chacun sa réponse, selon ses valeurs et ses croyances. Selon Guy Durand, juriste spécialisé en éthique, la désobéissance civile est un mécanisme sain et nécessaire. Parce que c’est un contre-pouvoir qui nous empêche de tourner en rond. C’est même, selon lui, une responsabilité que nous avons tous : pour bien désobéir, il faut d’abord savoir réfléchir, donc former notre conscience de citoyen.

Bien désobéir : comment on fait ça ?

C’est LA question à 1 000 dollars : qu’est-ce qui rend acceptable un acte illégal ? Les philosophes se sont penchés sur la question. Pour André Comte-Sponville, il faut désobéir quand une loi empêche le progrès social, pour accéder à davantage de justice et d’égalité. Pas par caprice. Ça vous rappelle quelque chose ? Printemps érable, Québec, 2012 : en pleine vague de manifestations contre l’augmentation des frais de scolarité, des étudiants ont refusé de se soumettre à une décision des tribunaux ordonnant de laisser l’accès aux salles de cours. Pour les uns, l’attitude des étudiants relevait du caprice. Pour les autres, c’était un cas de désobéissance civile.

Pas facile de trancher ? On s’accorde généralement sur trois critères pour baliser les actes de désobéissance civile :

  1. Non violent
  2. Revendiqué publiquement donc à visage découvert
  3. Assumé. On sait qu’on enfreint la loi, donc on s’attend à des conséquences –
    par exemple, payer une amende, se faire arrêter.

Délinquants un jour, héros toujours

En désobéissant, ils ont changé le monde à leur façon. Ils ont aussi été arrêtés, punis ou emprisonnés… mais on se souvient d’eux comme de héros.

Ahed Tamimi

Son acte de désobéissance : elle lutte contre l’occupation des territoires palestiniens par Israël.
Sa conséquence : incarcérée pour avoir bousculé des soldats israéliens en décembre 2017
Le résultat : elle attend d’être jugée.

Texte : Sophie Mangado

publiez votre commentaire

dites-nous ce que vous en pensez

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs ci-dessous sont facultatifs :

 :-)  ;-)  :-D  :-(  :-P  :-o  :-x  :-|  :-?  8-)  8-O  :cry:  :lol:  :roll:  :idea:  :!:  :?:  :oops: 💩 💪 👍

2 réponses à “Ahed Tamimi : hors-la-loi pour la bonne cause”

  1. Stefan dit:

    J’adore ce magasine 🙂 😉